1 décembre 2020
Grands Prix des hebdos 2020
Une avalanche de prix pour DBC
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Suspendu au printemps dernier en raison de la pandémie, le processus menant à la sélection des meilleures œuvres journalistiques de l’année 2019 dans l’industrie de la presse hebdomadaire au Québec vient de s’achever avec le dévoilement des lauréats. Et l’équipe de rédaction du Courrier de Saint-Hyacinthe y a encore démontré son excellence.

Hebdos Québec, qui pilote ce concours annuel, a fait connaître le 25 novembre la liste des 28 lauréats des différentes catégories. Nos journalistes y font belle figure avec une récolte de huit prix, dont quatre premiers prix dans la catégorie des journaux de 40 pages et plus.

Le journaliste Benoit Lapierre a remporté les grands honneurs des catégories Affaires municipales et Économie et finance. Dans la première, il s’est distingué avec son texte « Une réalisation de la Ville vers 1972, raconte l’ex-maire Giard », au sujet d’un problème d’infrastructure survenu sur l’autoroute 20. Son texte intitulé « Une usine Exceldor de 200 M$, voire de 400 M$ comme argument » a séduit le jury de la seconde catégorie. Dans la catégorie Santé et bien-être, un texte du journaliste Jean-Luc Lorry lui a valu la première place. « Saint-Pie craint de devenir une municipalité orpheline », un reportage traitant des effets de la pénurie de médecins à cet endroit, a retenu l’attention. M. Lorry a aussi remporté le troisième prix de la catégorie Affaires municipales avec son reportage « L’entente et le bail entre la Ville et Beauward ne disent pas la même chose ». Il avait alors décortiqué au bénéfice des lecteurs les documents à la source de la construction du centre de congrès municipal. Le journaliste Rémi Léonard a pour sa part remporté le premier prix de la catégorie Environnement et agroalimentaire avec son reportage « Déversement dans la Yamaska : l’histoire se répète à Saint-Hyacinthe ». Dans cette même catégorie, son collègue Olivier Dénommée a mérité la troisième place avec son reportage sur les activistes antispécistes qui ont occupé illégalement une ferme de Saint-Hyacinthe l’an dernier.

Le Courrier de Saint-Hyacinthe a également remporté la seconde place de la catégorie Meilleure publicité numérique et la troisième place de la catégorie Cahier spécial imprimé ou numérique grâce à son cahier regroupant des histoires à succès maskoutaines.

« Malgré toutes les embûches, toutes nos équipes sont motivées par le désir de produire des journaux et de l’information régionale de grande qualité, a déclaré Benoit Chartier, éditeur du Courrier de Saint-Hyacinthe et propriétaire de DBC Communications. Ces honneurs sont à la fois une récompense pour tous ces efforts et aussi la confirmation de notre apport essentiel au développement de nos communautés et à la démocratie. Notre contenu, que ce soit imprimé ou sur le web, est original, crédible et pertinent. Que nos journaux et artisans sont reconnus comme étant des références est une grande source de fierté! »

Des prix dans la famille

Outre Le Courrier de Saint-Hyacinthe, les autres hebdomadaires de la grande famille de DBC Communications n’ont pas été en reste. À Sorel-Tracy, l’hebdomadaire Les 2 Rives a remporté le Grand Prix d’Hebdo de l’année des journaux de 40 pages et plus soulignant la mise en valeur du contenu et la qualité de la langue. nLes journalistes des 2 Rives ont aussi remporté un premier prix dans la catégorie Sports et loisirs, un second prix dans les catégories Santé et bien-être et Arts, culture et vie communautaire et un troisième prix en Opinion. Le photographe Pascal Cournoyer a mérité deux premiers prix avec ses photos, en reportage et en sport.

Du côté de Beloeil, la journaliste de L’Oeil Régional Sarah-Eve Charland a récolté des secondes places dans les catégories Affaires municipales et Éducation. Le photographe François Larivière, qui partage son temps et son talent entre les journaux de Beloeil et de Saint-Hyacinthe, a vu sa photographie « Je chante pour toi mon cowboy », mettant en vedette la chanteuse Guylaine Tanguay, mériter la première place de la catégorie Portrait.

À Acton Vale, où La Pensée de Bagot était en lice dans la catégorie des journaux de 36 pages et moins, les journalistes Alain Bérubé et Annie Gagnon ont remporté pour leur part des seconds prix en Économie et en Sports et des troisièmes prix en Environnement et agroalimentaire, puis en Arts, culture et communautaire. La Pensée a aussi obtenu le second prix dans la catégorie Meilleure publicité imprimée.

Enfin, Le Clairon a obtenu la seconde place de la catégorie Meilleure publicité imprimée chez les journaux de 40 pages et plus.

image