27 avril 2021
Sports électroniques : nos lauréats se démarquent
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

À leur première saison en e-sport, les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe ont atteint la finale du jeu Rocket League, livrant une fière bataille aux Lynx du Cégep Édouard-Montpetit malgré la défaite. Photo capture d’écran Twitch

Dans une rencontre âprement disputée, les Lauréats ont réussi à chauffer les Lynx du Cégep Édouard-Montpetit, de Longueuil, lors de la rencontre ultime couronnant le champion de la LCSE à Rocket League. Malgré une belle prestation, Saint-Hyacinthe s’est finalement avoué vaincu 4-2 au terme d’une série 4 de 7. Puissance incontestée à ce jeu, les Lynx ont ainsi été couronnés pour une quatrième année consécutive.

Bien qu’ils ne soient pas repartis avec les grands honneurs à Rocket League, les Lauréats ont de quoi garder la tête haute à la suite de cette première saison. Ils n’ont subi qu’une seule défaite durant tout le calendrier régulier, contre les Lynx justement, puis ils ont été impériaux dans leur parcours en séries pour se rendre jusqu’en finale. « La seule équipe capable de nous battre, c’est celle qui gagne tout depuis quatre ans, souligne l’entraîneur spécialiste en jeux vidéo des Lauréats, Frédéric Nolet. Je pense qu’au niveau du plan de match, on n’était pas loin. On ne s’est pas fait laver. »

En retard 2-0 en finale, les Lauréats ont remporté les deux manches suivantes pour niveler la marque. La défensive maskoutaine s’est signalée à plusieurs reprises devant les attaques répétées de l’adversaire, mais les Lynx se sont ajustés et ont réussi à ajouter un titre à leur collection en gagnant les manches 5 et 6.

Rocket League est un jeu s’apparentant au soccer, mais où les joueurs frappent le ballon en contrôlant une voiture. Diffusée sur la plateforme Twitch, la finale était agrémentée d’un animateur et d’un analyste de la même manière que le sont les événements sportifs.

En plus des succès de leur équipe de Rocket League, les Lauréats ont aussi atteint la demi-finale à League of Legends dans la division B de la LCSE. Ils se sont inclinés face aux éventuels champions, les Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy.

« Je suis super fier des deux équipes qu’on a eues. Je pense qu’on a donné une super belle première saison. On a été chanceux d’apprendre dans la victoire », note Frédéric Nolet.

« Que nos deux équipes se rendent aussi loin, c’était inespéré, soutient le conseiller à la vie étudiante aux activités sportives, Marc-André René. La structure d’e-sport a pris place et la culture est en train de s’instaurer chez les jeunes. C’est un succès sur toute la ligne. La clé a été de le rentrer directement dans notre structure sportive. Ça a démontré le sérieux de la chose. »

Au-delà du jeu vidéo, les joueurs qui ont fait partie des équipes e-sport des Lauréats ont été accompagnés par un entraîneur responsable du volet saines habitudes de vie, Jean-François Larivée. Même s’il a été difficile d’évaluer leur progression du point de vue de l’entraînement physique parce que tout était donné à distance, il n’en demeure pas moins que les joueurs ont pu prendre « plus conscience » de l’importance de l’alimentation et de la préparation mentale en lien avec leurs performances grâce à cet encadrement.

La plupart des joueurs ont déjà signifié leur intérêt de poursuivre l’aventure l’an prochain et certains ont même déjà commencé à s’entraîner, selon Frédéric Nolet. « On a aussi des jeunes qui s’en vont du cégep parce qu’ils ont terminé leurs études qui veulent s’impliquer parce que, pour eux, c’était la meilleure chose qu’ils ont eue au cégep », poursuit-il, en reprenant les mots utilisés par les joueurs.

Plusieurs jeunes ont également approché les Lauréats pour se joindre aux équipes d’e-sport la saison prochaine. Il n’est d’ailleurs pas écarté qu’il y ait plus d’une équipe pour chaque jeu à l’automne si la demande est présente.

Maxime Prévost-Durand

image