29 décembre 2020
Initiatives et réalisations maskoutaines
Skier sans se geler les doigts
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Sur la photo, de gauche à droite, les trois fondateurs de la jeune entreprise Magnetude, Philippe Dumouchel, Olivier Dubois et Olivier Breton. Photo gracieuseté Magnetude

Le Maskoutain d’origine Philippe Dumouchel et ses deux partenaires d’affaires, Olivier Dubois et Olivier Breton, ont créé la première paire de bâtons de ski équipés de poignées chauffantes. Ces trois entrepreneurs dans la vingtaine ont installé leur entreprise Magnetude à Bromont, à proximité des sommets.

Actuellement, seuls des gants chauffants ou encore l’utilisation de sachets chauffe-mains permettent de se réchauffer lors de la pratique du ski alpin. Pour développer leur nouvel équipement, les fondateurs de Magnetude sont allés rencontrer des ingénieurs chez le manufacturier BRP à Valcourt, une entreprise spécialisée entre autres dans la fabrication de motoneiges. « Cela nous a permis d’obtenir de l’information sur la technologie des poignées chauffantes », indique Philippe Dumouchel, directeur général de Magnetude, en entrevue au journal.

Pour mettre au point ces bâtons de ski chauffants, les trois partenaires ont collaboré avec la firme d’ingénierie Briowireless de Laval et le Centre de technologies avancées BRP de l’Université de Sherbrooke.

Cet équipement inédit sur le marché compétitif des sports de glisse se compose d’une tige en carbone et d’une poignée chauffante alimentée par des piles au lithium rechargeables en deux heures. Ces batteries disposent d’une autonomie de plus de cinq heures et demeurent fonctionnelles jusqu’à des températures pouvant descendre jusqu’à moins 30 degrés Celsius.

« Ce produit nous a demandé deux ans de travail. Nous sommes en attente d’obtenir un brevet », souligne Philippe Dumouchel. Pour financer la production d’un premier lot de bâtons en avril 2021, l’entreprise lancera une campagne de sociofinancement dès le 11 janvier sur la plateforme virtuelle Kickstarter. L’objectif est d’amasser 88 000 $.

Tous les composants électroniques de la poignée seront fabriqués au Québec. Uniquement la tige de carbone et la poignée du bâton en plastique viendront de la Chine. En raison de la crise sanitaire, les trois entrepreneurs ont dû décaler leur plan d’affaires pour la commercialisation de ces bâtons.

« Les boutiques de sports et celles spécialisées en équipements de glisse prennent les commandes au mois de mars pour la saison suivante, précise Philippe Dumouchel. Selon nos prévisions, nous comptons commercialiser nos bâtons dans plus de 20 boutiques pour la saison de ski 2021-2022. »

Cette paire de bâtons devrait se vendre aux alentours de 400 $.

image