17 novembre 2020
COVID-19
Saint-Hyacinthe dans la mire de la santé publique
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

La Ville de Saint-Hyacinthe a tenu un point de presse le 11 novembre sur la situation de la COVID-19 à Saint-Hyacinthe auquel a pris part la directrice de santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, en vidéoconférence. Photothèque | Le Courrier ©

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, la directrice de santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, et la directrice générale adjointe du programme de santé physique du CISSS de la Montérégie-Est, Pascale Larocque, ont dressé un état de la situation la semaine dernière concernant la pandémie de COVID-19 à Saint-Hyacinthe.

« Devant la persistance du plateau de la deuxième vague, il nous apparaissait important de faire le point sur la situation. J’aimerais que la communauté maskoutaine se mobilise et applique rigoureusement les règles en vigueur pour que le nombre de cas positifs diminue à Saint-Hyacinthe. Une seule soirée de karaoké, un seul bingo, une seule fête entre amis peut entraîner une éclosion importante et éventuellement des morts. Dans six semaines, nous fêterons Noël. Pour être en mesure de voir nos familles, ne serait-ce qu’en petits groupes restreints, il faut que tout le monde applique les règles de la zone rouge avec la plus grande rigueur d’ici là », souligne le maire Corbeil.

Situation préoccupante à Saint-Hyacinthe

« Depuis le début de la pandémie, il y a eu un peu plus de 1000 cas à Saint-Hyacinthe. Le taux de la COVID-19 dans la MRC des Maskoutains est actuellement le deuxième plus élevé de toute la Montérégie. Alors que pendant la première vague, on comptait quelques cas par jour, depuis le 10 octobre, on a observé une augmentation très abrupte du nombre de cas, ce qui donne lieu à des situations très préoccupantes », fait valoir Dre Julie Loslier.

« Avec le passage en zone rouge, il y a un peu plus de trois semaines, on observe une stabilisation des cas à Saint-Hyacinthe, poursuit-elle. Mais il faudra vraiment qu’il y ait une diminution du nombre de cas avant de penser à changer les mesures qui sont en place. »

CHSLD et proches aidants

« Le personnel du CISSS de la Montérégie-Est met beaucoup d’effort et d’énergie pour protéger nos aînés qui résident en CHSLD, fait valoir Pascale Larocque. Nous avons le devoir de les protéger et c’est pourquoi plusieurs mesures sont mises en place pour y parvenir. Les proches aidants qui viennent dans nos CHSLD ont aussi la responsabilité d’être attentifs à tout symptôme s’apparentant à la COVID-19. Si un ou des symptômes apparaissaient, il est d’une importance capitale que les proches aidants évitent de se rendre en CHSLD. »

Appel au respect des mesures préventives

La Ville de Saint-Hyacinthe est régulièrement interpellée par des citoyens qui observent des rassemblements dans des parcs et des lieux publics ainsi que dans des résidences privées. Les gens semblent appliquer les règles plus rigoureusement au travail et à l’école, mais les oublient notamment lors des échanges plus informels avant le début de leur journée, aux pauses, sur l’heure du midi et après l’école ou le travail.

Malheureusement, le virus n’attend qu’un relâchement, pour reprendre sa course. Il faut donc garder le cap et maintenir quelques règles assez simples :

  • Éviter les rassemblements
  • Ne pas accueillir de visiteurs, sauf pour les personnes seules
  • Rester à deux mètres des gens qui n’habitent pas à la même adresse
  • Porter un masque dans les lieux publics et à tout endroit intérieur où il y a des contacts avec des gens qui ne vivent pas à la même adresse
  • Se laver ou se désinfecter les mains
  • Télétravailler dans la mesure du possible.

Impacts de la COVID-19 sur la santé mentale

Pour garder le moral, les Maskoutains sont encouragés à prendre l’air, à découvrir les nouveaux parcours actifs de même que les sentiers du parc Les Salines ou de la réserve naturelle du Boisé-des-Douze.

La Ville tente aussi d’offrir l’accès à un maximum de plateaux municipaux, en tout respect des règles de santé publique. Il est notamment possible d’aller nager et patiner. Toute l’information à ce sujet est disponible sur le site Internet de la Ville.

En cas de stress, d’anxiété ou de déprime liés à la COVID-19, les citoyens sont invités à contacter le service Info-Social 811 pour obtenir de l’aide.

image