11 juin 2019
Nos petites bêtes chéries
Poules en milieu urbain : 5 points à considérer avant de se lancer
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Les poules pondeuses domestiques gagnent en popularité en ville. Cela dit, bien qu’elles soient d’agréable compagnie, ces bêtes ne conviennent pas à tout le monde. Voici cinq faits à considérer avant de vous lancer dans l’aventure d’un « poulailler urbain ».

1. Il pourrait être illégal d’avoir des poules dans votre ville : vérifiez auprès de votre municipalité s’il est permis de posséder cet animal dans votre secteur et, si oui, sous quelles conditions.

2. Elles nécessitent un aménagement approprié : en plus d’un endroit sûr où dormir (de préférence perchées) et pondre leurs œufs, les poules ont besoin d’assez d’espace pour se promener et picorer le sol.

3. Il leur faut de la compagnie : les poules sont des animaux hautement sociables et ont absolument besoin de la présence de leurs pairs. Il est donc déconseillé de n’avoir qu’une poule — inversement, ajouter une poule à un groupe peut être fatal pour celle-ci.

4. Elles produisent du fumier en abondance : une poule évacue une quantité impressionnante de déjections par jour. Si cela fait beaucoup de litière à nettoyer, sachez qu’en revanche cette substance riche en azote s’ajoute parfaitement à votre compost.

5. La récolte d’œufs est variable : bien que les poules puissent vivre jusqu’à huit ans, la quantité d’œufs pondus diminue avec l’âge et varie selon l’espèce.

Chose certaine, avoir un petit poulailler en ville représente un investissement en temps et en argent. Par contre, les propriétaires s’attachent rapidement à ces sympathiques oiseaux qui se laissent apprivoiser… et qui fournissent le déjeuner!

image