23 juillet 2019
Le monde immobilier
Nouvelles normes pour les foyers au bois : faut-il s’y conformer avant de vendre?
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Avec les inquiétudes environnementales, les normes con­cernant les appareils à combustible solide tendent à changer. En octobre 2018, la Ville de Montréal a fortement resserré les siennes et plusieurs municipalités du Québec songent à lui emboîter le pas. Faut-il se conformer à ces nouvelles règles avant de vendre? Voici un survol de la question.

Tout d’abord, sachez que le foyer, comme la piscine, n’est pas nécessairement un atout à la vente, puisque certains acheteurs voudront s’en départir. Cela dit, la plupart d’entre eux voudront avoir la preuve que votre foyer est en bon état et conforme aux normes en vigueur avant de vous faire une offre.

Deux options s’offrent à vous pour obtenir cette information : solliciter une inspection visuelle sommaire (servant d’indicateur sans être une preuve reconnue par les municipalités et les assureurs) ou opter pour une inspection de conformité — avec ouvertures exploratoires dans les murs — réalisée par un entrepreneur licencié. Référez-vous aux sites Internet de la Régie du bâtiment du Québec (www.rbq.gouv.qc.ca) et de l’Association des professionnels du chauffage (www.poelesfoyers.ca) pour consulter la liste des entrepreneurs admissibles.

Par ailleurs, si vous ne projetez pas de vendre votre propriété dans l’immédiat et que vous passez vos hivers autour du poêle, il est recommandé de moderniser votre appareil, ce qui réduit l’utilisation du bois de chauffage et élimine jusqu’à 90 % des émanations de particules fines. Notez toutefois que la majorité des foyers ne peuvent être modifiés et doivent plutôt être remplacés — un investissement important pour des normes qui risquent de changer de nouveau. Ainsi, une solution intéressante pourrait être de vous tourner vers un foyer électrique.

image