10 septembre 2019
Lutte aux changements climatiques
Nos religieuses s’invitent dans le débat politique
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Les dirigeantes des 64 congrégations catholiques féminines du Canada, dont celles de Saint-Hyacinthe, font appel aux responsables politiques du pays afin qu’ils réagissent à la déclaration du Parlement sur l’urgence climatique en prenant des mesures concrètes pour y faire face. Dans une lettre ouverte, elles prient plus particulièrement les partis politiques de s’engager concrètement envers cette cause, à l’aube de la campagne électorale fédérale.

Localement, cette initiative est supportée par les Sœurs de Saint-Joseph, les Sœurs de la Charité, les Sœurs de Sainte-Marthe, les Sœurs de la Présentation de Marie et les Sœurs adoratrices du Précieux-Sang.

« À titre de religieuses, prendre soin de toute la Création de Dieu est une partie essentielle de notre foi. Les changements radicaux de notre climat, provoqués par la libération des gaz à effet de serre, constituent la plus grande menace pour tous les êtres vivants. Pourtant, très peu est fait pour y remédier », annoncent-elles d’une voix commune.

Ces congrégations estiment prôner par l’exemple en matière de lutte aux changements climatiques. « Pour notre part, nous avons pris des mesures concrètes pour lutter contre la destruction de notre planète et prendre soin de notre maison commune. Un grand nombre de nos congrégations ont pris des mesures. »

Parmi celles-ci, elles disent avoir cessé d’investir dans des portefeuilles de combustibles fossiles, mais plutôt dans des projets d’énergie propre et renouvelable; avoir éliminé les plastiques à usage unique; rénové des bâtiments résidentiels, y compris des installations solaires, biothermiques et au gaz naturel renouvelable; s’être engagées dans le projet des Communautés Bleues qui nous invite à traiter l’eau comme une ressource sacrée et à la reconnaître comme un bien commun; planter des arbres au Canada et dans les pays où leurs missions respectives existent.

Elles disent aussi composter, réduire et recycler; établir des partenariats et soutenir des groupes et mouvements communautaires engagés dans l’urgence climatique. « Nous demandons à tous les politiciens qui se présentent aux prochaines élections fédérales de prendre acte de l’urgence climatique et de mettre en œuvre une stratégie politique immédiate à plusieurs niveaux permettant une transition juste vers un mode de vie écologique et durable. Les mesures prises pour faire face à l’urgence climatique devraient être concrètes, fondées sur la justice et dénuées de toute politique partisane », écrivent-elles.

Tout particulièrement, elles invitent aussi les dirigeants politiques à se joindre à elles pour prendre soin de notre maison commune; maintenir les combustibles fossiles dans le sol et supprimer les subventions aux producteurs de combustibles fossiles et de plastiques; réorienter les investissements et développer rapidement l’économie des énergies renouvelables, incluant s’engager à donner une nouvelle formation aux travailleurs touchés par la perte d’emplois dans la production de combustibles fossiles; continuer à demander des comptes aux entreprises en imputant un coût à la pollution qu’elles produisent par les gaz à effet de serre; coordonner un effort intensif et soutenu de sensibilisation du public pour faire évoluer et changer les attitudes et les comportements; mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA) et élaborer des politiques en matière de lutte contre les changements climatiques conformes aux connaissances et enseignements autochtones.

« Nous sommes confrontés à une menace urgente et potentiellement irréversible pour toute la Création. Avec tant d’autres sur la planète, nous espérons que les politiciens feront preuve d’engagement, de leadership et de sagesse collective dans la lutte visant à protéger notre planète de la destruction. C’est la seule façon d’avancer ensemble », concluent les religieuses avec conviction.

image