25 mars 2018
« Mon chien souffre-t-il d’arthrose? »
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

L’obésité et le surmenage sportif, entre autres, peuvent augmenter les risques qu’un chien souffre prématurément d’arthrose.

Votre chien éprouve de la difficulté à monter et à descendre les escaliers? Il est réticent lorsque vous voulez jouer avec lui? Il se déplace de moins en moins ou il commence à boiter? C’est peut-être signe que votre fidèle compagnon souffre d’arthrose…

Comme chez l’humain, l’arthrose du chien se traduit par une dégradation irréversible du cartilage articulaire — qui joue un rôle d’amortisseur de chocs sur les articulations — occasionnant de la douleur et, éventuellement, une perte de mobilité. L’usure normale des articulations est souvent en cause, mais l’obésité ainsi que le surmenage sportif peuvent faire en sorte qu’un chien souffre prématurément de la maladie. Certaines grandes races comme le labrador, le berger allemand, le bouvier bernois et le danois, notamment, y sont d’ailleurs prédisposées.

Traitement

L’arthrose ne se guérit malheureusement pas, mais il existe divers moyens pour soulager votre animal s’il en est atteint. Vous pouvez entre autres réduire le temps de promenade ou limiter les mouvements qui sont susceptibles de le faire souffrir (sauter, courir, monter et descendre les escaliers, etc.). Cela dit, retenez qu’il est primordial que votre chien fasse régulièrement de l’exercice modéré afin d’éviter que ses muscles ne s’atrophient.

De plus, les anti-inflammatoires s’avèrent très efficaces pour réduire la douleur associée à l’arthrose. Assurez-vous toutefois de demander l’avis de votre vétérinaire avant de donner quelque médicament que ce soit à votre chien.

Finalement, dans certains cas, les massages ainsi que l’acupuncture peuvent aider à améliorer le confort de votre précieux compagnon. Renseignez-vous!

Le saviez-vous?

Contrairement à une idée reçue, l’arthrose n’affecte pas uniquement les chiens vieillissants. En effet, les jeunes chiens peuvent eux aussi être touchés par cette affection, d’où l’importance des examens périodiques chez le vétérinaire.

image