15 décembre 2020
Le centre-ville rétro en vitrine
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

D’autres photos du centre-ville d’époque, datant de 1870 à 1930 sont visibles dans les vitrines des locaux vacants du 1600, rue des Cascades. Photothèque | Le Courrier ©

Des locaux vacants du centre-ville de Saint-Hyacinthe se sont transformés en un « musée à ciel ouvert ». Dans les vitrines du 1600, rue des Cascades et dans l’allée du Marché, une cinquantaine de photographies d’époque ont été installées dans le cadre d’une exposition temporaire en plein air.

Ce projet inédit, né de la collaboration entre la SDC centre-ville et le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, rassemble des images datant de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle. Grâce à une brève description sous chaque photo, il est possible de situer les commerces actuels aux endroits qui y sont représentés.

Les deux sites de l’exposition sont portés par une thématique différente. Les photos exposées au 1600, rue des Cascades mettent de l’avant l’artère commerciale principale du centre-ville et la communauté maskoutaine, tandis que celles que l’on retrouve dans l’allée du Marché abordent plus précisément l’histoire du 1555 Marché public et de son quadrilatère.

« D’un côté, il y a de grandes photos du Marché public de l’époque, puis tu te retournes et tu vois le Marché d’aujourd’hui. Ça donne un effet saisissant et impressionnant, ça donne une autre dimension à la photo », s’enthousiasme l’historien Paul Foisy, qui a mis près d’une soixantaine d’heures pour fignoler cette exposition temporaire.

« Sans même que ce soit annoncé encore, on voit que les gens sont intéressés. Ils s’arrêtent déjà pour regarder les photos », se réjouit pour sa part le président de la SDC centre-ville, Stéphan Rhéaume.

L’idée de mettre quelques photos dans l’allée du Marché pour dynamiser ce secteur avait été proposée à M. Rhéaume par Claude Bellavance, dont la femme a un salon de coiffure à cet endroit. Intéressé, le président de la SDC centre-ville y a vu une occasion d’en faire quelque chose d’envergure et s’est tout de suite tourné vers le Centre d’histoire pour réaliser cette exposition à ciel ouvert, laquelle peut être consultée à toute heure de la journée. « Ça fait longtemps que les gens ont envie que l’on mette quelque chose d’attrayant dans les locaux vacants du centre-ville », mentionne M. Rhéaume, qui a tenu à remercier au passage les différents partenaires qui ont contribué à ce projet, dont la Ville de Saint-Hyacinthe.

Grâce aux archives du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, puis de celles des collectionneurs maskoutains Jean-Pierre Bourdeau et Paul Morisseau, il a été possible de mettre sur pied cette exposition. On peut notamment y voir les débuts de la voiture à Saint-Hyacinthe avec les premiers marchands automobile, de même que les routes de terre et les trottoirs de bois qui avaient été aménagés à l’époque. On y découvre également certaines compagnies ayant occupé jadis les locaux des boutiques d’aujourd’hui.

« Pour le Centre d’histoire, c’est une belle façon de montrer ses archives. On a une mission de diffusion, mais c’est difficile pour nous de faire des expositions parce qu’on n’a pas de lieu pour en faire en ce moment », souligne Paul Foisy, en rappelant que le déménagement prévu dans les prochaines années au monastère du Précieux-Sang, situé au centre-ville, facilitera la tenue d’expositions.

Il est prévu que cette première exposition extérieure temporaire perdure quelques mois, pour ensuite faire place à une seconde époque, soit celle des décennies 1940 à 1960.

image