31 août 2021
Initiatives et réalisations maskoutaines
La Fondation Haïti-Partage à la rescousse
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Près de 60 000 maisons ont été détruites par le tremblement de terre à Haïti le 14 août. Photo USAID’s Bureau for Humanitarian Assistance

Le séisme de magnitude 7,2 à l’échelle de Richter qui a touché le sud-est d’Haïti le samedi 14 août a fait plus de 1900 morts, plus de 9900 blessés et a laissé des milliers de personnes sans abris. Cette catastrophe a eu des échos jusqu’à Saint-Hyacinthe où la Fondation Haïti-Partage s’active encore une fois à venir en aide au peuple haïtien.

L’épicentre du séisme se trouve à proximité de la ville de Cayes, à 160 km de Port-au-Prince. La Fondation Haïti-Partage (FHP), le cœur sur la main, s’est précipitée à venir en aide aux sinistrés. Ayant résidé pendant six ans en Haïti pour les projets humanitaires situés aux Abricots et à Jérémie, la religieuse de la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph et administratrice de la FHP, Marguerite Aussant, travaille fort pour aider la population haïtienne.

« Nous avons des besoins humanitaires urgents. Il faut absolument envoyer des médicaments, des tentes, de l’eau et de la nourriture. Les médicaments sont vraiment essentiels pour l’hôpital Saint-Antoine. Il faudrait environ 2000 tentes puisque beaucoup de gens dorment présentement à la belle étoile. Il nous faudrait un montant de 50 000 $ pour recueillir ces quatre besoins », mentionne-t-elle.

Les tentes sont essentielles en raison des pluies torrentielles causées par la tempête tropicale Grace. En attendant, les Haïtiens se bricolent des abris avec les matériaux qui sont à leur portée. Sr Aussant se démène sur le téléphone et les réseaux sociaux avec son équipe de la FHP pour cibler les besoins et les communiquer à ses partenaires.

État d’Haïti

De nombreux bâtiments ont été touchés par le tremblement de terre. « À Jérémie, le toit de l’église Saint-Louis est tombé. Plusieurs magasins près du port se sont écroulés. Les murs des maisons sont craqués. Des maisons patrimoniales se sont aussi effondrées. C’est dommage! C’était une ville qui se conservait bien. Il y a également des écoles, des pharmacies, des tours de téléphone et des poteaux électriques qui sont tombés. La communication est extrêmement limitée », confirme Sr Aussant.

Les aéroports peuvent recevoir des avions et les banques sont ouvertes, selon ses contacts. Le séisme qui s’était produit dans le pays le 12 janvier 2010 a préparé les Haïtiens à ce type de catastrophe naturelle. « Les gens se sont précipités à sortir des bâtiments pour éviter le pire », poursuit-elle.

Impliquée dans lacommunauté haïtienne

Sr Aussant a été la présidente de la FHP de 2003 à 2017. Son implication au sein de la fondation a permis, notamment, de construire une bibliothèque, un orphelinat et des écoles. Lorsqu’elle était en mission humanitaire pour constater l’ampleur des dégâts causés par l’ouragan Matthew en 2016, un trouble de vision lui a fait perdre la vue. Aujourd’hui, elle a retrouvé la vue d’un œil et poursuit toujours sa mission au sein de la fondation à titre d’ambassadrice.

La FHP fait appel à la générosité de la population pour recevoir des dons qui seront envoyés directement sur le terrain pour répondre aux besoins les plus urgents. Sr Aussant tient à remercier tous les Maskoutains qui ont aidé les sinistrés. « Ensemble, nous pouvons ajouter une lueur d’espoir », conclut-elle.

Pour donner, visitez le fondationhaitipartage.com/donner.

Eliane Tremblay-Moreau

image