21 janvier 2020
Plomb dans l’eau
La CSSH met en place des mesures préventives
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

L’école Bois-Joli fait partie des cinq établissements de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe ayant été testés pendant la période des Fêtes pour vérifier la concentration de plomb dans l’eau. Selon les résultats, certaines fontaines et robinets sont conformes, alors que pour d’autres, il faut laisser couler l’eau une minute avant de la consommer. Il y en a même qui sont tout simplement condamnés. Les établissements pas encore testés doivent laisser couler l’eau une minute pour tous les points d’eau par mesure préventive. Photothèque | Le Courrier ©

Durant la période des Fêtes, la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe a commencé l’opération de vérification des concentrations de plomb dans l’eau de ses établissements.

L’ensemble des points d’eau de cinq immeubles ont été testés à ce jour et les résultats obtenus ont démontré que certains d’entre eux présentent une concentration de plomb supérieure à la nouvelle norme plus sévère adoptée par le gouvernement du Québec l’automne dernier.

À la lumière de ces premiers résultats, et dans un souci de garantir un environnement sain aux élèves, il a rapidement été décidé de mettre en place des mesures préventives dans l’ensemble des établissements de la CSSH.

Ainsi, depuis le 13 janvier, une campagne d’affichage est déployée à chaque point d’eau de l’ensemble des immeubles de la CSSH. Pour les fontaines, les usagers sont invités à faire couler l’eau pendant une minute avant de la consommer. Pour les éviers de cuisine, la consigne affichée est de faire couler l’eau cinq minutes avant de la consommer. Les lavabos des salles de toilettes ne doivent quant à eux être utilisés que pour le lavage des mains. Il s’agit là des mesures préventives recommandées par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec (MEES).

Pour faciliter la gestion de ces mesures préventives par le personnel et les élèves, il a été demandé aux parents de tous les établissements où les tests n’ont pas encore été effectués de fournir une bouteille d’eau réutilisable à leur enfant. Dans le cas des écoles primaires, ces bouteilles seront remplies quotidiennement sous la supervision d’un adulte. Parallèlement à ces mesures préventives, l’opération de vérification dans les différents établissements se poursuivra et tout sera mis en œuvre pour que les tests soient effectués le plus rapidement possible.

Au fur et à mesure que les tests seront effectués dans les différents immeubles, les parents concernés seront avisés des résultats et des mesures spécifiques seront mises en place, si nécessaire. Les échéances données par le MEES pour effectuer l’ensemble des vérifications ont été fixées au 23 juin pour les écoles primaires et au 1er novembre pour les écoles secondaires et les autres établissements.

Résultats obtenus à ce jour

Pour l’instant, les tests ont été effectués dans cinq immeubles de la CSSH et des résultats supérieurs à la nouvelle norme ont été observés dans chacun d’eux, pour un certain nombre de fontaines ou de robinets.

Dans deux de ces établissements, il n’y a toutefois aucun impact pour les élèves puisque toutes les fontaines sont conformes à la norme. Les parents des élèves concernés ont déjà été avisés de la situation dans leur école.

Il est important de mentionner que, selon la procédure établie par le MEES, les tests sont effectués dans les conditions les plus défavorables possibles, c’est-à-dire après au moins six heures sans que l’eau de l’école n’ait été utilisée. Le Service des ressources matérielles de la CSSH entreprendra les travaux nécessaires pour la mise aux normes des différents points d’eau non conformes, selon les priorités qui seront établies en fonction des résultats obtenus dans les différents immeubles.

Opération à l’échelle de la province

Rappelons que cet automne, le MEES a demandé à l’ensemble des commissions scolaires du Québec de procéder à une vaste opération de vérification des concentrations de plomb dans l’eau de tous les établissements scolaires de la province. Cette procédure fait suite à l’adoption par le gouvernement du Québec d’une nouvelle norme sur la concentration maximale de plomb dans l’eau, établie sur la base de recommandations de Santé Canada.

Cette nouvelle norme est deux fois plus sévère que l’ancienne. Pour plus d’informations au sujet de cette opération provinciale, vous pouvez consulter le site Internet www.education.gouv.qc.ca/parents-et-tuteurs/references/plomb-dans-leau-des-ecoles-du-quebec.

image