8 septembre 2020
Journée internationale de l’alphabétisation : continuer d’apprendre malgré la pandémie
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

En ces temps de pandémie, le défi de la poursuite de l’éducation a pris une place importante dans les préoccupations des familles et de la société en général. Des initiatives ont été mises sur pied pour permettre aux enfants, aux adolescent.e.s et aux étudiant.e.s de niveau postsecondaire de poursuivre tant bien que mal leurs apprentissages, malgré le confinement et les mesures sanitaires.

Or, ici, comme dans de nombreux pays, l’alphabétisation des adultes n’a pas fait partie des premiers plans de reprise éducative. La majorité des activités d’alphabétisation ont été suspendues et les adultes peu alphabétisés ont été isolés plus que jamais.

D’abord, l’option de la formation et des contacts virtuels est souvent difficilement applicable aux participant.e.s en alphabétisation. D’une part, la situation économique de plusieurs personnes peu alphabétisées est souvent précaire, ce qui fait qu’elles ne possèdent pas toujours les appareils ou les connexions internet nécessaires. D’autre part, l’utilisation des outils numériques n’est pas simple lorsque l’on a des difficultés de lecture et d’écriture. Cela s’applique aussi pour les achats en ligne, qui ont été une solution pour plusieurs personnes pendant le confinement, mais qui étaient loin d’être accessibles à tous.

De plus, dans une situation de crise comme celle que nous traversons, la transmission efficace de l’information est primordiale. Différentes mesures ont été prises par le gouvernement pour bien rejoindre toute la population, mais il pouvait quand même être difficile de s’y retrouver à travers la grande quantité d’informations présentées au quotidien.

Parmi les moyens utilisés, nous avons pu noter qu’un effort a été fait pour présenter des outils écrits simplifiés. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas et il reste à espérer que cette volonté perdurera au-delà des informations qui concernent la COVID-19. En effet, la simplification des écrits est un enjeu important pour les personnes qui ont de grandes difficultés à lire et à écrire, c’est-à-dire 1 adulte sur 5 au Québec.

Depuis 1966, le 8 septembre a été désigné comme la journée internationale de l’alphabétisation. Comme dans plusieurs autres domaines, la situation actuelle oblige le milieu à se réinventer pour pouvoir permettre aux adultes peu alphabétisés de continuer d’apprendre et de prendre du pouvoir sur leur vie.

Les organismes d’alphabétisation populaire, qui ont réussi à garder le contact avec leurs membres malgré les contraintes, sont maintenant prêts à reprendre les activités en personne, en respectant les mesures sanitaires et de distanciation physique. Pour plus d’informations ou pour s’inscrire gratuitement à des ateliers d’alphabétisation populaire, vous pouvez joindre l’APAJ (Aide pédagogique aux adultes et aux jeunes) au 450 261-0384.

image