5 mars 2019
Distraction au volant
En mars, engagez-vous à conduire de façon responsable!
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Selon la Sûreté du Québec (SQ), en 2017, la distraction au volant est devenue la 2e cause de collisions mortelles dans la province, se classant derrière la vitesse et devançant l’alcool et la drogue pour la première fois.

Soucieux de la sécurité sur nos routes, des centaines de concessionnaires canadiens s’unissent pour conscientiser les automobilistes aux dangers de conduire tout en faisant autre chose (texter, manger, fumer, etc.). Ainsi, à l’occasion de la campagne Les concessionnaires automobiles contre la distraction au volant, qui se déroule tout au long du mois de mars, la population est invitée à signer la liste d’engagements en se rendant chez son concessionnaire participant ou en visitant le distractionfree.ca.

Ce faisant, chacun s’engage à modifier ses comportements et à conduire de façon plus responsable. Comment? En programmant son GPS et sa liste de lecture avant de partir, en prévoyant suffisamment de temps pour pouvoir s’arrêter pour manger au lieu de le faire en conduisant et en utilisant l’application mobile Mode conduite de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), par exemple.

La distraction au volant en chiffres

  • La SQ émet annuellement plus de 10 000 constatsd’infraction pour l’usage du cellulaire au volant.
  • Selon la SAAQ, 87 % des adultes Québécois considèrent que les automobilistes du Québec sont très souvent ou assez souvent distraits, mais seulement 9 % des conducteurs admettent l’être très souvent ou assez souvent.
  • Selon la SAAQ, 50 % des accidents avec blessures dus à la distraction surviennent entre mai et septembre.
  • Le conducteur qui utilise un téléphone ou un appareil électronique portatif ou qui consulte un écran sans respecter les règles d’utilisation prévues par la loi s’expose à une amende de 300 à 600 $ pour une première infraction.

image