6 octobre 2020
Changement de garde à la présidence de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Coordonnateur au Centre d’expertise en production ovine du Québec, le Dr Gaston Rioux vient d’être nommé président de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec. Photothèque | Le Courrier ©

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, dont les bureaux sont situés au centre-ville de Saint-Hyacinthe, vient de nommer le Dr Gaston Rioux à titre de président pour un mandat de deux ans.

« La pénurie de médecins vétérinaires est au cœur de nos préoccupations, indique le Dr Gaston Rioux, en entrevue au journal. Dans le domaine des grands animaux, 20 % des médecins vétérinaires ont plus de 30 ans de pratique et sont au bord de la retraite. On ne se dirige pas vers un mur, mais il faut agir. »

Pour tenter de renverser la vapeur, la cohorte de la première année dont l’admission est fixée à 96 étudiants compte 15 élèves qui sont issus du milieu agricole ou encore qui disposent d’une bonne connaissance de ce secteur d’activité.

Pour le Dr Rioux, pas question de rendre la formation en médecine vétérinaire davantage accessible dans un contexte où la Faculté de médecine vétérinaire reçoit chaque année plus de 1000 candidatures. « Les critères d’admission doivent demeurer de haut niveau et se faire sur la qualité du candidat », souligne Gaston Rioux.

Projet de formation à Rimouski

Dernièrement, le ministre de l’Agriculture, André Lalontagne, accompagné des recteurs de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et de l’Université de Montréal (UdeM), a annoncé un projet de doctorat en médecine vétérinaire à Rimouski pour remédier à une pénurie de praticiens observée dans plusieurs régions du Québec.

« L’idée est de créer un campus satellite à la Faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe pour contrer cette pénurie. Il ne s’agit pas de déshabiller Pierre pour habiller Paul. Rimouski nous permettra d’aller chercher d’autres expertises, comme l’océanographie, et ainsi de bonifier le parcours de formation en médecine vétérinaire », estime le nouveau président de l’Ordre.

Actuellement, l’UQAR offre une maîtrise, un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) et un doctorat en océanographie.

Le Dr Rioux note également que le secteur des petits animaux subit lui aussi l’effet du manque de médecins vétérinaires. « Depuis le début de la crise de la COVID-19, les gens ont davantage de chiens et chats. Nos vétérinaires dans ce domaine sont débordés. »

Expert des petits ruminants

Coordonnateur au Centre d’expertise en production ovine du Québec (CEPOQ) à La Pocatière, le Dr Gaston Rioux a été élu par acclamation lors de la séance du conseil d’administration de l’Ordre, qui se tenait le 8 septembre.

« Mon travail au CEPOQ consiste à permettre des contacts rapprochés entre les médecins vétérinaires œuvrant dans le secteur des petits ruminants comme les moutons et les chèvres. Nous collaborons avec la Faculté de médecine vétérinaire et le MAPAQ pour des projets de recherche comme la paratuberculose ovine ou encore la santé du pis des brebis », décrit M. Rioux.

Il succède à la Dre Caroline Kilsdonk, qui a été présidente de l’Ordre ces trois dernières années.

image