6 juillet 2021
APAJ : 25 ans à combattre l’analphabétisme
Par: Administrateur

Les locaux maskoutains d’APAJ sont situés au 900, rue Saint-Antoine. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Avec le parcours scolaire proposé aux enfants québécois, il paraît évident pour la majorité des citoyens que la lecture et l’écriture sont acquises. Pourtant, non. Que ce soit pour lire son courrier ou l’actualité, pour accompagner les enfants dans leurs devoirs, interpréter les factures, organiser un budget… De nos jours, ne pas savoir lire et écrire ou éprouver de la difficulté avec le calcul devient un obstacle majeur pour fonctionner au quotidien, défendre ses droits et remplir ses devoirs de citoyen.

L’analphabétisme est souvent associé à une classe sociétale plus pauvre ou aux personnes issues de l’immigration. Détrompez-vous. Près de 3 000 000 de Québécoises et de Québécois ont des défis à ce niveau pour accomplir leurs tâches quotidiennes. Impressionnant, direz-vous? C’est pourtant la triste réalité.

Voilà pourquoi un organisme comme APAJ (Aide pédagogique aux adultes et aux jeunes) devient un maillon essentiel dans la recherche d’autonomie de nombreux Maskoutains et Valois. Depuis 25 ans déjà, cet organisme communautaire, implanté au centre-ville de Saint-Hyacinthe, offre des ateliers en petits groupes, des jumelages individuels et des prêts de trousses éducatives pour outiller la population en matière d’alphabétisation. À Acton Vale, APAJ est implanté au Centre de bénévolat depuis maintenant deux ans.

Créé en 1996 grâce à l’implication de plusieurs communautés religieuses, APAJ a vu sa mission se peaufiner au fil des ans. L’organisme offre aux adultes de 16 ans et plus des services gratuits qui respectent leur rythme d’apprentissage, leur permet d’échanger et de se reconnaître. Des liens se créent, des amitiés naissent, et plusieurs cherchent à devenir plus autonomes et à améliorer leur estime de soi.

La période pandémique actuelle est difficile pour tous. Cependant, nous oublions ceux et celles qui vivent une « fracture numérique » dans une société où l’internet et les outils technologiques sont au premier plan quand il s’agit de faire des demandes, de remplir des formulaires, etc. Cela représente un casse-tête supplémentaire pour ces adultes qui éprouvent déjà de la difficulté avec la lecture. Certains n’ont pas accès à cette technologie, cela les exclut de la normalité. Cet aspect est pourtant absent des préoccupations du gouvernement, et on en discute peu dans les médias. Pourquoi ne sont-ils pas considérés?

Il est important de mentionner qu’APAJ offre également un service d’accompagnement pour diverses demandes de soutien, telles que remplir des formulaires gouvernementaux, prendre des rendez-vous ou prendre contact avec différentes institutions. Soyez attentifs à ceux et celles qui vivent ces difficultés. Ils sont dans l’ombre, mais sont si nombreux!

« À l’APAJ, j’ai appris beaucoup sur le français. Maintenant, je fais moins de fautes et j’écris les mots parce que je les fais par syllabes. […] J’ai écrit l’histoire de ma vie avec l’aide de ma bénévole Francine. C’est un gros projet qui m’a pris plusieurs années, mais je suis fière et contente de moi. Je recommande l’APAJ au monde qui veut être meilleur en français ou en mathématiques. Les gens qui y travaillent sont très gentils! », raconte Paule Lussier, 51 ans.

« Apprendre, ça m’a donné le goût de lire, d’écrire et de devenir plus autonome. Ça m’a sauvé la vie et donné confiance en moi. Avec l’équipe de travail : Isabelle, Myriam, Catherine et Alexandre… sans oublier tous les bénévoles. Un GROS merci », témoigne Claude Blain, 57 ans.

Pour plus d’information sur les services d’APAJ : 450 261-0384 ou apaj.ca.

image