18 novembre 2019
Objectif santé
5 fausses croyances sur la maladie d’Alzheimer
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

L’Alzheimer et les maladies cognitives apparentées sont encore aujourd’hui victimes de préjugés et de mythes tenaces. S’informer s’avère ainsi primordial pour prévenir la stigmatisation de ceux qui en sont atteints. Voici donc cinq croyances erronées à déconstruire sur-le-champ.

1. La maladie d’Alzheimer n’affecte que la mémoire
Les pertes de mémoire sont le symptôme que l’on associe spontanément à l’Alzheimer. En réalité, les manifestations de cette maladie sont nombreuses et variées. Par exemple, une personne atteinte peut cesser de s’adonner à ses passe-temps préférés, perdre sa coordination (ex. : difficulté à manger ou à s’habiller), répéter des mots, s’égarer dans des lieux familiers ou avoir un comportement agité.

2. Seules les personnes âgées peuvent être affectées
Bien que les maladies cognitives telles que l’Alzheimer touchent davantage les personnes de 65 ans et plus, il arrive que des gens dans la cinquantaine, voire dans la quarantaine en soient atteints.

3. Ceux qui reçoivent un diagnostic sont « condamnés »
Il est faux de s’imaginer que les personnes atteintes d’une maladie cognitive n’ont plus rien à espérer de la vie. Au contraire, il est souvent possible de poursuivre ses activités et de s’épanouir pendant de nombreuses années après l’obtention d’un diagnostic d’Alzheimer.

4. Toutes les personnes atteintes sont violentes et dangereuses
Les maladies cognitives se manifestent différemment d’un individu à l’autre. Certaines personnes atteintes d’Alzheimer expriment leur détresse et leur frustration de manière agressive, mais ce n’est pas systématique. Différentes stratégies existent pour diminuer ces réactions, notamment la création d’un environnement calme et stable.

5. Il est possible d’éviter de développer l’Alzheimer
Il n’existe aucun moyen sûr d’empêcher l’apparition de cette maladie. Par contre, les risques peuvent être réduits significativement en adoptant de saines habitudes : faire de l’activité physique, ne pas fumer (le tabagisme augmente de 45 % les risques de développer une maladie cognitive), maintenir une vie sociale enrichissante, bien manger, etc.

image