Actualité

MRC des Maskoutains
154 000 $ pour la diversité

22 mai 2018

Dans l’ordre habituel, Lizette Flores (Maison de la famille des Maskoutains), Josée Jamieson (Espace Carrière), Nicole Ménard, députée de Laporte et représentante du ministre David Heurtel, Ana Luisa Iturriaga (Forum-2020), Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains, André Lefebvre, maire de Sainte-Madeleine et président de la Commission permanente de la famille, et Élyse Simard, chargée de projet à la famille. Photo Denyse Bégin | MRC des Maskoutains ©

La MRC des Maskoutains fait un pas de plus pour rendre la collectivité encore plus accueillante et inclusive pour les personnes immigrantes.

La députée de Laporte et whip en chef du gouvernement, Nicole Ménard, a fait l’annonce lau nom du ministre David Heurtel, d’un investissement de 154 000 $ sur deux ans, du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) et de la MRC des Maskoutains, pour la mise en place de nouvelles activités de sensibilisation et d’intégration des personnes issues de l’immigration sur le territoire de la MRC.

L’entente intervenue entre la MRC des Maskoutains et le MIDI vise à renforcer les efforts de concertation des acteurs du milieu et le travail déjà amorcé pour l’intégration durable et harmonieuse, en français, des personnes immigrantes et de celles issues de la diversité.

Les activités proposées viseront à rendre la région encore plus attrayante et à favoriser la pleine participation de tous à la collectivité maskoutaine. « Les acteurs de la MRC des Maskoutains ont démontré beaucoup de détermination afin d’attirer les personnes immigrantes et de favoriser leur établissement à long terme dans la région. C’est grâce à ce méticuleux travail de préparation et de concertation que nous parviendrons à assurer que ces nouveaux immigrants participent pleinement à leur nouvelle communauté. Je me réjouis que notre gouvernement soutienne ces actions novatrices issues de notre milieu », a déclaré la députée Nicole Ménard.

« L’attraction, l’accueil et l’établissement durable des personnes immigrantes font partie des solutions efficaces pour répondre aux besoins de main-d’œuvre des entreprises de la grande région de Saint-Hyacinthe ainsi qu’aux enjeux liés au vieillissement de la population et à la pérennité du français. Le conseil soutient l’idée de bâtir, avec ses partenaires, une collectivité ouverte, prospère et inclusive », a souligné Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains.

L’investissement total est de 154 000 $ pour deux ans, soit du 1er avril 2017 au 31 mars 2019, et provient du Programme Mobilisation-Diversité. L’entente a été conclue et répartie à contribution égale, donc 77 000 $ chacun, entre le MIDI et la MRC des Maskoutains.

Le projet de la MRC des Maskoutains se déclinera en trois axes. Le premier axe concernera les employeurs de la région afin de permettre l’intégration des immigrants par le biais de l’emploi. Le second sollicitera l’intervention des élus municipaux qui créeront des liens avec les personnes immigrantes en leur faisant connaître le fonctionnement des conseils municipaux, entre autres. Puis, le troisième volet se concentrera sur la culture et les échanges culturels en organisant un événement rassembleur sur le thème de la diversité culturelle.

Les activités proposées viseront à rendre la région encore plus attrayante et à favoriser la pleine participation de tous à la collectivité maskoutaine.

Initiatives et réalisations maskoutaines

22 mai 2018

Plusieurs membres du bureau coordonnateur du CPE Mafamigarde ont travaillé pour mettre au point l’Envolution. On reconnaît, à l’arrière : Chantal Pelletier, Cynthia Marin et Josée Mc Lean. À l’avant : Lise Rodier, Élise Couture et Sandrine Cusson.

Un outil pour améliorer la qualité
des services de garde en milieu familial

Répondant à un appel de projets du ministère de la Famille, le bureau coordonnateur du Centre de la petite enfance (CPE) Mafamigarde a décroché un financement de 25 000 $ pour développer un outil permettant d’améliorer la prestation des services éducatifs en milieu familial. Il en résulte un outil de développement professionnel appelé l’Envolution.

L’Envolution propose « une approche réflexive et un processus de réflexion continue permettant d’analyser les façons de faire des responsables de service de garde en milieu familial en se référant aux meilleures pratiques et à leur expérience », indiquent les conceptrices de l’outil. Concrètement, l’outil propose aux responsables de cibler un des volets clés dans lequel elles souhaitent parfaire leurs compétences : le service à la clientèle, le professionnalisme et l’éducation à la petite enfance.

« L’Envolution fonctionne sur une base volontaire. Les responsables de service de garde en milieu familial prennent contact avec nous et nous nous rendons sur place pour leur présenter l’outil. Elles vont ensuite choisir le volet qui les intéresse selon les besoins », explique Lise Rodier du bureau coordonnateur du CPE Mafamigarde, qui se chargera d’accompagner, avec sa collègue Sandrine Cusson, les responsables de service de garde en milieu familial dans leurs démarches. Elles aideront notamment à cibler les améliorations possibles et la fréquence du soutien avec les responsables qui en font la demande. « C’est déjà notre travail au quotidien, mais on va mieux cibler les besoins grâce à l’outil », ajoute Mme Rodier.

Un comité consultatif a pu tester l’Envolution et il ne voit que du bon à cette initiative : « L’Envolution est un outil de travail simple et complet qui permettra aux éducatrices en milieu familial d’avoir un regard et une réflexion par rapport à leurs pratiques professionnelles. Il nous permettra de faire ressortir nos forces, mais aussi de cibler nos points à améliorer pour ainsi offrir un service de meilleure qualité », a-t-on cité lors de la présentation de l’outil. Il est possible de demander l’aide de l’outil depuis le 9 mai, et celui-ci pourrait très bien continuer de se développer au fil des prochaines années. Il n’est pas exclu que l’Envolution ou un outil qui s’en inspire puisse rayonner en dehors du réseau de 668 places dans les services de garde éducatifs en milieu familial que le bureau coordonnateur gère dans la région maskoutaine.

CHANGEMENT DE PARADIGME

L’appel de projets du ministère de la Famille marque un changement de mentalité important face à l’éducation à la petite enfance, souligne Chantal Pelletier, directrice générale du CPE Mafamigarde. « Avec la loi 143 (Loi visant à améliorer la qualité éducative et à favoriser le développement harmonieux des services de garde éducatifs à l’enfance), la ligne de conduite du gouvernement pour les prochaines années se concentre sur la réussite éducative des 0 à 8 ans. C’est intéressant de constater une reconnaissance de nos responsabilités dans le développement de la petite enfance, particulièrement les 0 à 5 ans. On sent un vent nouveau pour nous! »